Un nouvel élan pour le cabinet : la Méthode DECEMO

Image

images

 

Bonjour à tous,

L’année 2017 s’annonce très enrichissante et dynamique: de nombreux projets s’annoncent … En tous les cas, ce début d’année est marqué pour une toute nouvelle méthode, qui vient naturellement faire sa place au près des deux autres déjà présentes: la sophrologie et l’hypnose …

Je vous parle aujourd’hui de la Méthode DECEMO, qui m’a littéralement bluffée tant de part sa simplicité que part son efficacité. Nous savons tous que la vie est loin d’être un long fleuve tranquille et heureusement d’ailleurs. C’est ce qui fait notre force et notre maturité.Chaque événement de vie nous amène des émotions qui peuvent parfois être mal vécues. Des événements durs parfois tels que des deuils, des attentats, des agressions verbales, physiques, des ruptures, des licenciements, mais aussi des situations négatives récurrentes comme des angoisses, des phobies, etc… Des événements en tous les cas, qui peuvent arriver sans les voir venir et nous traumatiser à jamais … à jamais … Justement pas !

Il y a cette méthode DECEMO : une Désensibilisation des Chocs Emotionnels par les Mouvements Oculaires. Une méthode issue de l’E.M.D.R (Eyes Movement Desensitization and Reprocessing),  qui utilise la Communication Non-Violente et la méthode Tipi. Un mix gagnant pour retrouver sa sérénité, se retrouver soi-même… et avancer librement … sans se sentir bloqué pour l’impact émotionnel de ce(s) vécu(s)!

Vous pouvez retrouver une vidéo sur le site cabinet Nelly Maillard-Sophrovital où Nathalie Lefèvre (journaliste à Santé Port Royal et animatrice à Radio Médecine Douce) teste pour vous cette méthode, avec Enguerrand De Christen.

 

dessinlogoweb   Nelly Maillard – Cabinet SophroVital

 

 

 

 

 

Publicités

Papapositive ou le meilleur blog de parentalité positive!

En passant

papa-positive-2

Cela fait un petit bout de temps que je voulais faire un article sur le blog papapositive.fr. Vous avez pu voir mon enthousiasme sur ma page facebook à partager des articles très intérèssants à la fois sur la parentalité positive, et, en règle générale, sur l’optimisme avec un grand O. Ce papa a créé ce blog pour partager des articles, des idées mais surtout des solutions que chacun de nous peut tester au quotidien, que nous ayons des enfants ou pas ! Et c’est en cela que je trouve ce blog particulièrement pratique car on se l’approprie, on s’approprie chaque nouvelle idée. Et cela fait un bien fou sur notre manière de vivre, de voir les choses, d’interagir avec l’autre (son enfant, son conjoint, ses amis, son patron etc …). Chaque article fait écho comme un boomerang en notre fort intérieur … et on progresse de jour en jour vers plus d’optimisme, plus de bienveillance et d’écoute envers l’autre…. MAGIQUE !!!!

Allez je sais pas vous mais j’irais bien lire un article sur papapositive… juste histoire de me sentir bien !

A bientôt pour un nouveau bon plan !

 

dessinlogowebNelly Maillard – Cabinet SophroVital

Vive le mois de novembre ! C’est le mois sans TABAC !!

Image

telechargement

Bonjour à tous,

Je suis ravie de vous retrouver sur le blog, après cette longue absence.

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de ce tabac si nocif ! Je suis de plus en plus horrifiée,  tous les matins (assez tôt d’ailleurs je trouve), de voir autant de gens fumer dans la rue. Ils marchent, ils discutent avec d’autres personnes, ils sont dans leur voiture, ils attendent au seuil d’une porte….Est-ce leur première cigarette ou bien sont-ils déjà, à 9h du matin,  à leur seconde ou troisième cigarette? Bref, c’est mon triste constat ! Ce n’est pas tant l’heure si précoce mais sinon la quantité qui me met hors de moi!

J’ai moi-même fumé à un moment de ma vie (mais jamais aussi tôt dans la journée ni une quantité énorme certes), mais je peux comprendre ce besoin! Cependant ce que j’ai du mal à comprendre c’est la manière dont on traite son corps ! J’ai eu la chance d’entendre, hier, une phrase qui m’a touché :

« Traite-ton corps avec douceur et empathie, car c’est la seule chose qui t’accompagne de ta naissance à ta mort » (source anonyme) …

Cela m’a fait réfléchir et m’a poussé à le partager avec vous! En ce mois de novembre, qui est le mois sans tabac, voici une vidéo très intéressante pour vous montrer les bienfaits rapides et efficaces dans le fait d’arrêter de fumer :

ce qui se passe dans votre corps quand vous arrêtez de fumer!

Pour vous aider, il y a à l’heure actuelle beaucoup (trop) de moyens (patchs, bonbons, etc) bien mis en évidence par notre système de consommation actuel! Je pense et je suis convaincue que, l’hypnose ericksonienne est vraiment la meilleure solution pour venir à bout de cette addiction. Cette technique permet de desancrer , au niveau inconscient, toutes vos croyances limitantes au fait d’arrêter de fumer. Lors d’une séance, nous verrons tout ce qui se cache derrière le fait de fumer, tout ce qu’il y a dans le « oui je veux arrêter, je sais que ce n’est pas bien/bon… mais je ne peux pas ! AHHH vous vous reconnaissez !!! Bravo c’est bien continuer et bientôt, le tabac sera derrière vous !

Si ce mois de novembre vous motive ou si vous avez besoin de plus d’informations, n’hésitez pas à vous rendre sur le site du cabinet Sophrovital !

Je vous souhaite, à tous, une bonne journée (sans tabac)

A très vite,

Nelly

 

 

 

 

Problèmes de sommeil – Comment chasser les pensées parasites?

Vous êtes prêt(e) à dormir, allongé(e) dans votre lit et … vous tournez, tournez. Les yeux fermés … impossible de vous endormir. Une pensée en amène une autre et vous continuez à tourner en rond dans votre lit! Vous avez l’impression de ne pas pouvoir contrôler ces pensées qui deviennent omniprésentes.

images

Voici quelques exercices simples qui vont permettent de vous détendre, de ralentir considérablement votre système parasympathique (N’hésitez pas lire l’article d’une collègue qui explique super bien la physiologie du sommeil) et de progressivement chasser chaque pensée simplement en vous concentrant sur le plus important, votre récupération sur le moment présent.

1) tout d’abord notez les idées que vous avez en tête (si ce sont des choses à faire pour le lendemain) sur un bloc note si vous avez peur de les oublier. Et hop, on range le bloc-note dans un tiroir.

2) Le temps est à la déconnexion! Rangez votre portable dans un tiroir de votre table de nuit! Ne laissez renter aucun élément informatique dans votre chambre à coucher ! Un lit est fait pour se reposer ou faire l’amour !

3) Concentrez-vous simplement sur l’état de votre respiration. Prenez conscience de celle-ci en portant toutes vos pensées sur l’air inspiré et expiré. Cherchez à ressentir les sensations liées à ce mouvement respiratoire. Ensuite ralentissez calmement le rythme de votre respiration afin que celle-ci se rapproche de celle de l’endormissement.

4) Puis, portez votre attention sur certaines zones de votre corps que vous sentez peut être plus contractées que les autres ou plus fatiguées. En portant votre attention sur la respiration et sur cette zone corporelle fatiguée, votre esprit sera bien trop occupé pour penser au boulot ou tout autre pensée extérieure!

5) Laissez passer vos pensées comme des petits nuages sans y prêter attention. De toute façon vous n’allez pas pouvoir avancer vos dossiers dans votre lit, vous ne pourrez en aucun cas, satisfaire ni une seule pensée qui vous traverse l’esprit alors autant lâcher prise non???!!!???

6) Utiliser votre lieu ressource comme échappatoire aux pensées parasites: imaginez l’endroit ou vous aimeriez être en un coup de baguette magique … un lieu idéal où vous pourriez voir tous les détails … sentir toutes les odeurs … entendre tous les bruits pour vous évader !

Si au bout de 20 minutes, vous ne dormez toujours pas, asseyez-vous, levez vous, marcher lentement pour réactiver l’envie de dormir!

Aller au lit … bonne nuit à tous ! Evadons-nous le temps d’une nuit!

L’optimisme s’apprend !

Le Point – Publié le 09/02/2015 à 09:27

Comment enseigner l’optimisme à ses enfants, et leur faire du bien au corps et à l’esprit ? Les conseils du psychiatre et psychologue Alain Braconnier (*).

L'avenir des enfants dépend en partie de leur optimisme (photo d'illustration).
L’avenir des enfants dépend en partie de leur optimisme (photo d’illustration). © Lcham/Sipa / Orphea Studio 4
Propos recueillis par EMILIE LANEZ

Le Point.fr : Quels sont les avantages à être optimiste ?

Alain Braconnier. L’optimisme serait-il la première marche de l’éducation, que ce soit à l’école ou en famille ? On sait qu’il permet, avant toute chose, de rendre un enfant plus motivé, plus confiant en lui et plus heureux. Il favoriserait même sa santé physique. Dès tout petit, à propos d’un même événement désagréable, douloureux ou traumatique, certains enfants auront le pouvoir de le vivre, d’y faire face avec énergie et volonté, alors que d’autres le subiront douloureusement ou passivement. Pour les premiers, devant cette épreuve, ils auront en mémoire qu’ils ont été « courageux », l’entourage leur aura dit, ils en garderont une certaine fierté. Celle-ci sera la source, quand ils grandiront, d’une meilleure estime d’eux-mêmes. Ultérieurement, ils seront moins tentés de fuir les obstacles qu’ils rencontreront à l’école ou en famille. À l’adolescence, quand ils ressentiront des moments d’angoisse ou de déprime, ils sauront s’appuyer rapidement sur leur fond d’optimisme acquis dans l’enfance. Grâce à cette nouvelle spirale éducative, cela leur permettra d’éviter de devenir dépendants de substituts extérieurs comme l’alcool ou la drogue. Ils n’auront pas besoin de prendre des risques inconsidérés pour se sentir exister. L’avenir de l’enfant dépend pour une part de son niveau d’optimisme.L’optimisme s’enseigne. Expliquez-nous comment ?

Au-delà des tempéraments de l’enfant qui fait qu’il soit destiné à être plutôt optimiste ou pessimiste, chaque parent, y compris ceux qui sont plutôt pessimistes, mais aussi chaque enseignant, pourra profiter aujourd’hui des connaissances plus précises sur les comportements et les pensées qu’il faut savoir privilégier pour qu’un enfant soit optimiste. Les attitudes à favoriser dès le plus jeune âge sont connues : insister sur le fait d’entreprendre une seule chose à la fois permettant de mieux la réaliser, encourager la ténacité pour réussir ce que l’on a commencé, partager les sourires et les rires. Stimuler la curiosité, le goût de la connaissance et même l’émerveillement favorise l’optimisme chez l’enfant un peu plus âgé. Lorsque l’enfant grandit, il est bon de l’aider à aller vers les autres plutôt que de rester inhibé ; il est recommandé de lui enseigner à manier l’humour à la place de l’agressivité.

L’optimisme n’est pas seulement un sentiment, il correspond aussi à un mode particulier de pensée. Il devient alors intéressant de lui apprendre à penser de façon optimiste afin qu’il devienne lui-même le contestataire de ses pensées négatives. Comment ? En l’aidant à se rappeler les bons souvenirs, les moments heureux qu’il vit plutôt que les mauvais ; en lui montrant que chacune des explications qu’il donne à ce qui lui arrive de pénible ou à ce qui se passe autour de lui d’angoissant est liée à un seul fait ou à un moment précis. L’enfant combat ainsi toute généralisation qui l’amènerait trop facilement à penser face à un échec « de toute façon je suis nul, je le serai toujours ». Il faut savoir féliciter un enfant, mais à juste titre, l’enfant n’est pas dupe de ce qu’il fait. Il est important aussi de savoir critiquer l’enfant lorsque cela est nécessaire, mais de la même façon : sur un point précis et non pas sur tout ce qu’il est. Un programme, pour appliquer ces conseils, s’est montré efficace (le « Penn Prevention Program »). Il a été développé dans différents pays du monde auprès de parents et d’enseignants, mais malheureusement pas encore en France.

Envisager la vie avec optimisme n’est pas toujours aisé. Que faire quand le moral flanche ?

Avoir à l’esprit que rien n’est jamais figé doit toujours être gardé à l’esprit, c’est la caractéristique de l’enfance comme jouer, rire et rêver. Il s’agit de faire trouver à l’enfant un équilibre satisfaisant entre des moments où il peut être optimiste et d’autres plus pessimistes. Le refus de toute pensée pessimiste est à proscrire (le pessimisme permet aussi d’anticiper des situations dangereuses), de même que l’optimisme « béat ». Mais quand le moral continue de flancher, le programme évoqué ci-dessus s’est montré réellement utile chez des enfants qui se montraient déprimés. Quand le moral flanche, on peut ajouter qu’à tout âge, et dès la petite enfance, sentir un soutien par ceux qui vous entourent et construire des projets, prenant du sens selon chacun, permettent de combattre le risque d’un effondrement.

(*) Alain Braconnier est l’auteur de « Optimiste » aux éditions Odile Jacob.

Les 18 règles de vie du Dal

Le Dalaï-Lama, grand ambassadeur de l’humanisme dans le monde entier est une figure emblématique pour bon nombre d’entre nous. Ses philosophies sont évocatrices de paix de partage et d’échange. On retrouve bien sur ses valeurs dans le monde du voyage. Je tenais moi aussi, au nom de Voyager Loin, à parler de ces 18 règles de vie. Partagez les sans modération !   Photo © Jamie Williams Photo © Jamie Williams

1. Prenez en compte que le grand amour et les grandes réussites impliquent de grands risques. 

Le risque est impliqué dans chaque grande occasion de la vie. S’il n’y avait pas de risques, alors tout le monde agirait, ce qui rendrait les gens « ordinaires » et non « grands ». Démarquez-vous des autres comme celui qui peut non seulement prendre des risques, mais qui apprécie de le faire.

2. Lorsque vous échouez, n’échouez pas la leçon. 

Si vous oubliez ce que vous avez appris à ne pas faire, vous serez condamnés à répéter vos actions. Plus important encore, ne craignez pas l’échec. Car l’échec est le précurseur de la réussite. Rien de grand ne s’est accompli sans échec. Le but de la vie n’est pas que nous soyons parfaits, mais que nous devenions la meilleure version possible de nous-même. Il est plus important d’être authentique qu’infaillible, et nous gagnons à écouter notre instinct. Les seules vraies erreurs sont celles que nous commettons à répétition. Les autres sont des occasions d’apprentissage.

3. Suivez les trois R : 

Respect de soi – La confiance est la clé de la réussite et si une personne ne se respecte pas, vous ne pouvez pas croire en elle. Ainsi, si vous ne vous respectez pas, vous ne pouvez pas réaliser de grandes choses puisque vous ne pouvez respecter les autres.

Respect des autres – Et vous serez respectés en retour. Si vous ne retournez pas le respect des autres, certains présumeront qu’ils ne valent pas la peine d’être respectés, et de ce fait, ils ne se respecteront pas.

Responsabilité pour toutes vos actions – Vous êtes seul responsable de vos sentiments, de vos actions, de votre réussite, etc. Vous contrôlez totalement votre vie, il ne faut pas essayer de blâmer les autres pour ses erreurs et ses malheurs.

4. Rappelez-vous que ne pas obtenir ce que vous voulez est parfois un merveilleux coup de chance. 

Essayer d’obtenir tout ce que vous désirez ne sera pas nécessairement bon pour vous dans le long terme. Si quelque chose semble ne jamais fonctionner, comme si le destin intervenait, pensez à lâcher prise et revenez y plus tard. L’Univers agit de façon mystérieuse et doit être digne de confiance.

5. Apprenez les règles pour savoir comment les transgresser correctement. 

Les règles sont faites pour être transgressées. La plupart d’entre elles sont mis en place par les anciens établissements corrompus qui ne cherchent qu’à asservir et maintenir leur propre pouvoir. Quand il s’agit de transgresser les règles, faites-le correctement pour éviter les répressions. Mais par-dessus toutes choses, assurez-vous que vous le faites dans les règles. Si l’autorité n’avait jamais été remise en question, nous serions une civilisation stagnante.

6. Ne laissez pas une petite dispute briser une grande amitié. 

Évidemment, l’amitié est bien plus importante qu’une petite dispute, mais très peu de gens mettent cette règle en pratique. Vous devez également être en mesure de suivre la règle #7 pour pouvoir suivre la règle #6.

7. Lorsque vous réalisez que vous avez commis une erreur, prenez immédiatement des mesures pour la corriger. 

Et ne laissez pas votre fierté faire obstacle à ces mesures. Pardonnez-vous et prenez-en l’entière responsabilité. Cela en dira long sur votre personne. Ce n’est pas le nombre de nos échecs qui déterminent notre réussite finale, mais notre capacité à en extraire de la sagesse, puis à passer à autre chose avec une énergie nouvelle. Les erreurs sont neutres; nous pouvons en faire ce que nous voulons. Selon notre manière de les percevoir, elles nous accableront ou nous guideront vers le succès.

8. Passez un peu de temps seul chaque jour. 

Peu importe ce que vous faites, passez au moins 30 minutes de votre journée seul dans un endroit calme. Cela vous donnera au moins une demi-heure pour observer ce qui se passe dans votre vie, de prendre conscience de qui vous êtes et de comprendre ce que vous voulez. Que ce soit à travers la prière, la méditation, le yoga ou le golf, ce rituel est un « must ».

9. Ouvrez vos bras au changement, mais ne laissez pas s’envoler vos valeurs.

Le monde est en constante évolution. Si vous n’êtes pas ouvert au changement, alors vous serez malheureux. Vous allez vous-même changer, mais cela ne veut pas dire que vos valeurs doivent changer aussi. Accueillez les nouveaux lieux, les nouveaux visages et les nouveaux amours, mais ne changez jamais ces parties importantes de vous-même, sauf si vous avez de bonnes raisons de penser que vous aviez tort d’y croire.

10. Rappelez-vous que le silence est parfois la meilleure réponse.

Le silence conduit à la contemplation détendue au cours de laquelle les émotions ont moins d’influence et où logique peut prendre le relais. Par exemple, si vous vous disputez avec un ami, garder le silence au lieu de riposter en vous emportant est plus efficace et mettra fin à la dispute beaucoup plus rapidement.

11. Vivez votre vie avec honneur. 

De ce fait, lorsque vous vieillirez et vous regarderez en arrière, vous serez en mesure d’en profiter une seconde fois. Vous allez devoir vivre avec vos actions pour le reste de votre vie, alors pour vous épargner le regret et l’angoisse, vivez votre vie avec honneur à partir de maintenant. Les bonnes choses viennent et les bonnes personnes aussi. Vous ne serez jamais puni pour avoir agi avec intégrité.

12. Une atmosphère d’amour dans votre maison est le fondement de votre vie. 

C’est la règle où vous avez le moins de contrôle. Comme dans la règle # 3, si vous respectez (aimez) votre famille, ils vous respecteront et vous aimerons en retour. Faites entrer l’amour dans votre maison. Faites briller les murs avec de la tendresse. Cela établira une base solide dans la vie de vos enfants.

13. Lorsque vous êtes en désaccord avec les êtres chers, concentrez-vous uniquement sur le présent.

Ne réveillez pas le passé. Le passé est constant, immuable. Réveiller le passé ne peut qu’apporter plus de douleur à la situation. Pardonnez les actions passées et concentrez-vous sur le présent.

14. Partagez vos connaissances.

On apprend tellement dans une vie. Partager vos connaissances avec les gens que vous rencontrez, cela ne peut que les aider. Plus important encore, partager vos échecs et vos expériences pour que les autres ne reproduisent pas les mêmes erreurs.

15. Soyez doux avec la terre. 

La terre est l’endroit où nous vivons. Donc, cela devrait être évident. Blesser la terre c’est se blesser soi-même, l’avenir de vos enfants et de vos proches.

16.  Une fois par an, aussi souvent que possible, allez quelque part où vous n’êtes jamais allé auparavant.

Découvrez de nouveaux lieux et de nouvelles choses. Vous pourriez vous retrouver avec quelqu’un quelque part qui vous rend plus heureux. La Terre est si vaste avec des endroits uniques et magnifiques, pourquoi ne pas aller explorer un peu ?

17. Rappelez-vous que la meilleure des relations est celle dans laquelle votre amour pour l’autre dépasse vos propres besoins. 

L’inverse peut être un indice que votre relation doit se terminer. Si vous avez besoin de quelqu’un plus que vous l’aimez, c’est un signe de dépendance, pas d’affection. Trouvez quelqu’un où l’amour est la force dominante et dans laquelle la relation est beaucoup plus épanouissante.

18. Jugez vos réussites d’après ce que vous avez eu à renoncer pour y arriver. 

Décidez ce que vous voulez. Concevez votre vie idéale et foncez. Ne laissez aucune partie de ce rêve s’échapper, ainsi, vous ne vivrez jamais dans le regret. Tout est bon, car tout est utile –  dans la mesure où vous savez saisir les occasions d’apprentissage qui se présentent à vous. Si vous percevez les expériences difficiles comme de mauvais présages, elles auront un impact négatif. Si vous les voyez comme des occasions de croître, vous saurez les transcender.

 

D’après le site www/voyagerloin.com

L’importance du sommeil chez les sportifs de haut niveau

ET si on améliorer son sommeil … sportif de haut niveau ou pas !!!

Une culture sportive

sommeil

Le sommeil est crucial !

Ce qui vaut pour les sportifs de haut niveau ne vaut-il pas pour le vulgus pecus ? Dans Réflexions Sport, le magazine de l’INSEP, le professeur Damien Léger donne quelques pistes pour améliorer son sommeil.

Sommeil paradoxal, Sommeil profond, cycles, importance de la mélatonine, horloge biologique, lien avec la nutrition, petit + de la sieste (voir article précédent…) : tout y passe et c’est ici

Voir l’article original

10 raisons d’être optimiste

Selon le magazine Biba, l’optimisme, c’est plus qu’un regard sur le monde ou un style de vie : c’est un des piliers du bonheur.

L’optimisme, c’est comme un super-pouvoir qu’on a tous en nous. Il suffit de travailler un peu ce muscle, d’entraîner notre regard à voir les choses de façon positive et là, hop ! Notre vie devient tout d’un coup encore plus géniale.

10626447_10203788325061845_5568868946158333526_n

Vous avez besoin de preuves ? allez, c’est parti !

1/ Ça nous donne envie de nous lever le matin. Commencer la journée par « Youpiiii ! Encore une journée pleine d’opportunités ! », c’est quand même mieux que de grommeler à la place : « Grgngngngn… Laissez moi hiberner seule sans le noir pendant au moins 20 ans ».

2/ Les optimistes sont en meilleure santé. En 2009, les chercheurs de l’université de Pittsburgh ont montré que voir la vie avec un regard positif réduisait de 10% les risques de maladies cardiovasculaires des femmes de 50 à 79 ans.

3/ On préfère voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide. A choisir, on préfèrerait être riche et en bonne santé que pauvre et malade, non ? Alors, pourquoi ne pas faire pareil avec notre façon de voir le monde, préférer la vie en rose à la vie en gris ? Le choix est vite fait…

4/ Les optimistes se servent de leurs coups durs comme des tremplins. Le truc qui est chouette, avec les optimistes, c’est que quand quelque chose de nul leur arrive, plutôt que de gémir sur leur sort, ils se posent deux minutes, tirent des enseignements de ce qui leur est arrivé et hop, en avant Simone ! Et ça, c’est quand même mieux que de tourner en rond dans du sable mouvant !

5/ On les aime. Eh oui, entre un verre avec Ginette, qui geint sur ce monde tout pourri et sur sa malchance fatale, et Mauricette qui nous booste mieux qu’un cocktail ACE, le choix est rapide rapide.

6/ Ce sont des bâtisseurs. Plutôt que de passer à côté d’opportunités à force d’avoir peur, ils préfèrent oser et avancer, quitte à se planter et à en tirer les enseignements plus tard. Car ils connaissent bien le dicton du Loto selon lequel « 100% des gagnants ont déjà joué ». Et puis même si nos projets paressent dingos, si on y croit, on peut y arriver ! Christophe Colomb, Neil Armstrong (le premier homme sur la lune) ou Joseph Cugnot (l’inventeur de la voiture) peuvent en attester. N’hésitez jamais à viser la lune !

7/ Les optimistes sont plus beaux. Eh ouais, un grand sourire encadré de joues roses et d’un regard pétillant, c’est quand même plus harmonieux qu’une face de vieille sorcière. Alors smile up !

8/ Les optimistes sont heureux. Croire en quelque chose nous rend déjà plus heureux. Alors voir cette chose espérée aboutir, c’est encore plus chouette. D’autant plus qu’en se répétant qu’on peut faire quelque chose, cette chose aura beaucoup plus de chances de se concrétiser, comme nous l’enseigne le Dr. Coué. Alors, on a la gagne et puis « champagne » !

9/ Ce sont de vrais sages. Ils ont compris que le bonheur était un muscle qui se travaille, que le bonheur n’est pas un objectif à atteindre mais une route, qu’il ne faut pas tout attendre des autres, se remuer les fesses pour avancer, oser être soi, ne pas tout le temps écouter les autres, savoir être reconnaissant de ce qu’on a déjà, etc. Et tout ça, ça fait beaucoup de leçons intégrées ! Chapeau !

10/ Les optimistes sont des super-héros. Plus vite qu’un rhume, ils transmettent leur enthousiasme à tous ceux qui les entourent, boostent leur moral et leur motivation, et les pousseront peut-être à faire un jour de grandes choses…

Bonus : être pessimiste est absurde. 1/ On n’a pas de boule de cristal pour lire l’avenir, 2/ Chaque jour est une journée nouvelle, 3/ Un coup dur peut avoir des conséquences positives, 4/ Donc être pessimiste c’est se faire du mal pour rien, 5/ On veut pas avoir mal pour rien, 6/ D’ailleurs on préfère éviter d’avoir mal tout court, 7/ Donc plus que jamais, on est positif !

Alors, on dit quoi ?

Bon week-end à tous,

Les 6 facteurs émotionnels du bien être au travail

L’expérience émotionnelle est la clef du bien être au travail, d’après une étude faite par une équipe composée d’un ergonome et un désigner (mobilier bureautique). Celle-ci montre que l’émotion joue sur notre efficacité et notre sentiment de bonheur au travail.

Voici les 6 facteurs émotionnels qui détermine le bien-être au travail: la pleine conscience, l’authenticité, l’appartenance, le sens, l’optimisme, et l’énergie.

1. La pleine conscience : avoir le choix du lieu de travail

Être en pleine conscience signifie juste être attentif au moment présent. Nous constatons d’ailleurs des bénéfices sur la santé et la concentration. Or si nous prenons le cas des open-space, ce genre d’organisation amène une atmosphère bruyante aux multiples va-et-vients et impose aux salariés, grâce à la technologie, d’être multi-tâches sans s’organiser. Il serait donc judicieux de mettre en place différents lieux pour pouvoir choisir le bon endroit selon le travail à faire: des espaces isolés quand on a besoin de se concentrer; et des espaces propices aux échanges et à la convivialité pour le travail d’équipe. Et pourquoi pas installer un endroit pour la méditation ?

2. L’authenticité : travailler en cohérence avec ses valeurs

Agir en cohérence avec nos valeurs. Les codes professionnels (comme vestimentaires, posturaux) sont encore très rigides. Les salariés ont besoin de plus de transparence, de pouvoir s’exprimer pour être plus créatif. Demander du formalisme empêche la créativité. Pour ressentir ce sentiment de bien-être au travail, préconisons les textiles doux, des ambiances cocooning pour se sentir comme à la maison. Proposons aussi différentes postures corporelles de travail notamment la position debout et organisons les espaces dans ce sens.

3. Le sentiment d’appartenance encourage l’engagement

Les salariés ont besoin de se sentir soutenus, créer des liens avec les autres. Cultiver des relations d’amitié au travail contribue à encourager l’implication des salariés et leur attachement à l’entreprise.

4. Donner du sens au travail

Donner du sens à leur implication est un facteur de satisfaction énorme. Le fait d’avoir le sentiment d’avoir avancé dans notre travail est déterminant pour le moral.

5. L’optimisme doit être cultivé en entreprise

Garder l’esprit ouvert, voir ce qui a été bon dans la journée de travail. C’est une attitude, une émotion à cultiver pour rester motiver. L’optimisme se traduit aussi par la possibilité de choisir la manière dont le salarié à envie de travailler (lieu, temps, etc…)

6. L’énergie est vitale pour se sentir bien au travail

Donner la possibilité de se reposer au travail( sieste flash par exemple), de bouger. Le mental a besoin de bouger pour apprendre, pour être créatif. Il est donc important de mettre en place différentes zones de travail, de donner la possibilité de travailler debout avec des bureaux ajustables par exemple.

Un résumé de l’article écrit par REGIONJOB sur le blog « blog-emploi.com »

10 choses que vous comprendrez seulement lorsque vous êtes seul …

Je rencontre beaucoup de personnes qui viennent me voir au cabinet, me parlant de leurs difficultés au quotidien. Et le discours est souvent le même : ils ont énormément de mal à gérer le fait d’être seul. La solitude est souvent perçue comme quelque chose de négatif, difficilement gérable au quotidien. Le fait d’être seul est assimilé à un rejet social, au fait d’être associable, dans un système où tout va de plus en plus vite, où il est nécessaire d’être présent sur tous les fronts (personnel, professionnel).

Or le fait de se retrouver seul, dans certains moments de notre vie quotidienne, présente une somme d’avantages et d’intérêts qu’il ne faut pas sous-estimer.

1) Être en mesure de recharger les batteries

Quand nous sommes entourés de nombreuses personnes, nous dépensons inconsciemment beaucoup d’énergie en tentant d’être drôle, de les rendre heureux,  de flatter leur égo et de comprendre leurs émotions. Cela nous épuise mentalement. Être seul permet de se recentrer sur soi, de recharger nos batteries énergétiques et faire une pause émotionnelle.

2) Réfléchir plus souvent

Le monde de nos jours étant trop rapide, nous sommes constamment sollicités par les différentes technologies afin d’être le plus performant possible. Se retrouver seul permet une introspection, de prendre le temps de réfléchir, d’analyser nos actions faites et pouvoir ainsi émettre des opinions sur celles–ci.

3) Être en contact avec ses propres émotions

Entourés de nombreuses personnes, nous passons notre temps à comprendre leurs émotions, et à y réagir. Nous en oublions les nôtres. Se retrouver seul aide à reprendre contact avec ses propres émotions. Lorsque vous commencez à apprécier la solitude, vous comprenez les choses qui vous rendent heureux, vous attristent, vous mettent en colère.

4) Commencer à faire des choses dont vous profitez pleinement

Quand vous êtes en compagnie d’autres personnes, vous êtes constamment en train de faire des compromis. Souvent vos désirs ne correspondent pas à ce que souhaite le groupe. Faire ce dont vous avez envie, ce qui vous fait le plus plaisir sur le moment présent, rend la solitude beaucoup plus agréable.

5) Devenir plus productif

Être constamment sollicité peut être agréable, amusant. Toutefois, ces présences peuvent nuire à votre productivité. La compagnie d’autrui peut vous distraire et rendre votre travail moins efficace. Le temps que vous passez seul peut être le moment le plus productif.

6) Profiter davantage de vos relations

Commencer à aimer la solitude permet de profiter pleinement des situations où nous sommes entourés, de mieux les apprécier.

7) Se sentir beaucoup plus indépendant

Se sentir bien en étant isolé, permet d’être plus confiant sur ses choix de vie, de ressentir un plus grand sentiment d’indépendance. Nous n’éprouvons moins ce sentiment d’avoir besoin en permanence d’être en société, moins anxieux au fait d’être ou non en compagnie d’autrui.

8) Faire une pause dans votre quête de rendre les autres plus heureux

La société nous apporte de nombreuses relations qui nous imposent de rendre les autres heureux. Se recentrer sur soi impose de nous concentrer sur le bonheur d’une seule personne : SOI.

9) Ne plus devoir vous excuser

Les relations amènent le fait de faire en permanence des compromis, ce qui peut mettre dans l’embarras une ou plusieurs personnes du groupe. La solitude fait prendre conscience de l’importance de ne plus s’excuser ou demander pardon car la seule personne à satisfaire se trouve être soi-même.

10) De cesser de devoir chercher la reconnaissance

Nous cherchons souvent l’approbation ou les conseils de la famille ou des amis, dans les décisions de vie que nous devons prendre. Se poser un moment seul, permet de prendre conscience de la capacité à faire confiance à notre instinct, à nos sens et ensuite, à agir seul.

 

IMG_20140813_170045

 

La solitude se trouve être un moment privilégié pour mieux se connaître et avancer sereinement dans notre quotidien. Il est utile de se retrouver seul à certains moments, comme pour mieux profiter de la présence d’autrui. Se recentrer sur soi permet d’améliorer nos relations au monde et notre confiance en soi!

 

Pensez à vous faire du bien, pensez à vous … pour mieux profiter des autres !